fbk lkn
Édito Actualité Économie Diplomatie Entreprenariat Tribune Dossier Interview
Économie 60 MILLIARDS DE F CFA : DE L’OXYGÈNE POUR LES PME

Échos de l’Éco : la CPG vient de signer un accord-cadre avec le FSA (Fonds de solidarité africain) octroyant une ligne de garantie de 60 milliards de F CFA aux entreprises affiliées à la CPG. Quelles ont été les bases de la négociation ?

C’est un plaisir pour moi d’éclairer vos lecteurs sur cet accord et ses modalités. La CPG souhaite progressivement mettre en place en son sein un écosystème favorable à la promotion des PME adhérentes. Il s’agit de leur faciliter l’accès aux financements, de les faire bénéficier d’opportunités de formation, de les accompagner en vue de leur structuration, et enfin, de leur ouvrir les portes à des marchés dans le cadre de la soustraitance avec les grandes entreprises. L’accord signé entre la CPG et le FSA est une étape importante dans la mise en place progressive de cet écosystème. Il constitue en effet un début de réponse à la problématique du financement des PME qui, pour la plupart, ont peu de garanties à offrir aux établissements de crédit. Une PME présentant un projet jugé viable par les banques bénéficiera de ce soutien qui garantit 50 % de l’emprunt. C’est une aide considérable pour les entrepreneurs souscripteurs d’un crédit.

Ces fonds seront-ils confiés à une ou des banques installées à Libreville ? Sur quels critères ces dernières sont-elles sélectionnées ?

 Oui, et les modalités de mise en place de cet accord sont actuellement discutées entre la CPG et le FSA. Nous allons négocier avec les banques et établissements de microfinance intéressés les partenariats possibles dans le cadre de cet accord. Ces négociations devraient aboutir avant la fin de cette année et nous vous informerons de la mise en œuvre de ce dispositif et des conditions requises.

Les fonds sont-ils disponibles immédiatement ?

Une ligne de crédit de 60mds de F CFA est disponible au FSA depuis la signature de cet accord bilatéral. Les modalités restent à définir pour que ces sommes soient réparties entre les établissements financiers qui auront répondu dans les meilleurs termes à l’appel de la CPG.

Ces fonds étant garantis par le FSA, les taux d’emprunts seront-ils modérés ?

Logiquement oui, puisque le risque sera de moitié. Cette question fait justement partie des points de négociation que nous entendons mener avec les établissements financiers. Créé en 1976 et opérationnel depuis 1979, le Fonds de solidarité africain (FSA) est installé au Niger. C’est une institution financière multilatérale qui a pour mission de participer au développement économique de ses États membres, en facilitant le financement de projets d’investissement tant dans le secteur public que privé. Ses principaux mécanismes d’intervention sont la garantie financière, le refinancement et la bonification de taux d’intérêt. Il offre également à ses partenaires son expertise dans la gestion de fonds pour compte de tiers et dans l’arrangement de financements. Les quinze États membres du FSA sont le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, la Centrafrique, la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Guinée-Bissau, le Mali, l’île Maurice, le Niger, le Rwanda, le Sénégal, le Tchad, le Togo et la Mauritanie. Trois autres pays africains ont exprimé leur souhait d’adhérer au FSA : le Cameroun, la Guinée équatoriale et la Guinée. Les ressources financières du fonds sont constituées par les dotations issues du versement des actionnaires au titre du capital, les revenus générés par les opérations et les placements, les subventions, les ressources mobilisables sur les marchés bancaires et sur les marchés des capitaux, et les ressources affectées à des missions spécifiques dans le cadre de la gestion de fonds pour compte de tiers. Le FSA a permis le financement de 365 projets d’investissement dans les 15 États membres au cours des trois dernières décennies.

le 26 novembre 2021

FSA (Fonds de solidarité africain)

FSA, CPG, PME


Plus d’articles dans Économie SETRAG : DES RÉSULTATS À LA HAUTEUR DE LA DYNAMIQUE ENGAGÉE EN 2021

Économie par Anne-Marie Jobin

Interview de Monsieur Christian MAGNI, Directeur Général de la SETRAG

17 mai 2022


EN QUOI LA SOCIÉTÉ MANSTRICT N’EST-ELLE PAS UNE SOCIÉTÉ DE CONSULTING COMME LES AUTRES ?

Économie par Anne-Marie Jobin

Interview de David MBOUROUKOUNDA, Directeur Général de MANSTRICT

12 mai 2022


PAT 2021 – 2023 QUEL BILAN À MI-PARCOURS ?

Économie par Anne-Marie Jobin

Interview de monsieur Yves Sylvain MOUSSAVOU, Secrétaire Exécutif du Conseil National du PAT (Plan d’Accélération de la Transformation)

12 avril 2022

© 2022. Les Échos de l'Éco. Tous droits réservés
Mentions légales