fbk lkn Édito Actualité Économie Diplomatie Entreprenariat Tribune Dossier Interview
Économie VIVO ENERGY RENOUVELLE L’OPÉRATION « PROGRAMME JEUNES TALENTS »

Il s’agit d’intégrer ces jeunes diplômés en entreprise et de développer les compétences de chacun en leur offrant l’opportunité de vivre une expérience unique en côtoyant les standards internationaux au sein d’une entreprise ambitieuse. Les critères sont sélectifs : 28 ans maximum au 31/12/2021, niveau Bac + 5, maîtrise de l’anglais obligatoire, et les candidat(e)s doivent faire preuve d’esprit d’équipe, de dynamisme, être motivés et passionnés. Nous irons à la rencontre des nouvelles recrues lorsqu’elles seront intégrées dans leur nouvel environnement. En attendant, nous avons posé quelques questions à la directrice générale de Vivo Energy Gabon, Madame Sarah Doukoure.

Échos de l’Éco : Madame la directrice générale, que sont devenus les jeunes talents élus en 2019 ?

La 1re édition des Jeunes Talents a été lancée en octobre 2019 et a vu plus de 175 candidats triés sur le volet dans divers domaines de compétences. C’est ainsi que neuf d’entre eux, issus de différents établissements supérieurs et toutes filières confondues, ont été élus pour une immersion d’une année au sein de Vivo Energy. Je suis très fière de ces neuf étudiants qui ont démontré un haut niveau de professionnalisme et nous avons été ravis de pouvoir offrir à trois d’entre eux des contrats à durée indéterminée dans les départements de finance, d’ingénierie et des approvisionnements. Ces jeunes talents contribuent aujourd’hui au développement de Vivo Energy.

Comment s’est déroulé le programme ?

À la suite de leur arrivée au sein de l’entreprise, ces jeunes talents ont bénéficié d’une semaine sur le terrain afin de se familiariser avec nos différentes installations en station-service et au sein de notre dépôt lubrifiants d’Owendo. Ont suivi des formations avec les différents responsables, chefs de départements, chefs de services et collègues qui leur ont permis de découvrir les multiples métiers et services de Vivo Energy. Puis chacun d’eux a été affecté dans la filière correspondant à sa spécialité. Ils se devaient de développer un projet sous la houlette d’un encadrant collaborateur de la société. Les jeunes talents ont assuré une soutenance à mi-parcours après 6 mois de stage, qu’ils ont peaufinée puis validée en fin de stage. Ces projets ont pu être utilisés à bon escient pour l’amélioration des processus opérationnels ou encore le développement de nouvelles stratégies marketing.

Avec cette nouvelle sélection, pensez-vous modifier certaines actions ?

Au regard des résultats obtenus en termes de qualité avec la première vague, nous allons reconduire le même procédé que lors de la première édition du programme Jeunes Talents en diversifiant notre sélection pour inclure d’autres métiers, notamment dans le domaine juridique ou les ressources humaines. L’objectif visé est d’une part de développer leurs compétences par une application pratique de leurs acquis académiques et d’autre part d’augmenter l’employabilité des jeunes diplômés gabonais. Naturellement les projets qui seront confiés seront adaptés en fonction du contexte actuel et des besoins de l’entreprise, en accord avec les stagiaires.

Les nouveaux gagnants seront bientôt intégrés au sein de Vivo Energy. Changerez-vous un paramètre à ceux que vous avez initiés lors de la première année ?

Nous comptons maintenir le même processus que lors de la première édition qui nous a permis d’obtenir des profils variés sur un large champ de compétences. S’il faut parler d’intégration des nouveaux talents, il reste à préciser qu’il ne s’agit pas d’une promesse d’embauche à la fin de la période de stage. Toutefois si des postes se libèrent, ils restent notre premier vivier de recrutement.

 

le 27 mai 2021

Propos recueillis par : L'équipe du ECE

Vivo Energy, ONE, CAJ


Plus d’articles dans Économie POUR UNE VILLE PLUS PROPRE ET SAINE

Économie par Propos recueillis par : L'équipe du ECE

INTERVIEW DE MADAME ANÉMONE MENGOME DIRECTRICE GÉNÉRALE DE CLEAN AFRICA

3 août 2021


POURQUOI LA HOLDING CHEDID CAPITAL ACQUIERT-ELLE 80% D'ASCOMA ?

Économie par Propos recueillis par : L'équipe du ECE

INTERVIEW DE MONSIEUR ALAIN BOUZAID DIRECTEUR GÉNÉRAL ASCOMA INTERNATIONAL

15 juillet 2021


LE SECTEUR DU NUMÉRIQUE, UN LEVIER DE CROISSANCE IMPORTANT POUR L’ÉCONOMIE GABONAISE

Économie par source : www.tresor.economie.gouv.fr

7 juin 2021

© 2021. Les Échos de l'Éco. Tous droits réservés
Mentions légales