fbk lkn
Édito Actualité Économie Diplomatie Entreprenariat Tribune Dossier Interview
Actualité HeForShe : ÉGALITÉ DES GENRES

HeForShe (« lui pour elle ») est une campagne de solidarité pour l’égalité des sexes lancée par l’Onu Femmes en 2014. Fondé sur l’idée que l’égalité des genres est une question qui touche tout le monde socialement, économiquement et politiquement, ce mouvement cherche à impliquer activement les hommes et les garçons dans une dynamique initialement conçue comme « une lutte pour les femmes par des femmes » et qui, généralement, prend uniquement des mesures contre les inégalités rencontrées par les femmes et les filles.

L’objectif de toucher un million de garçons et de messieurs en l’an 2015 n’a pas été atteint, mais aujourd’hui, la campagne HeForShe montre les progrès accomplis en faveur de son objectif. Elle met en évidence le travail réalisé par de nombreux partisans de la campagne HeForShe. Preuve que le genre masculin se soucie de la parité et rejette toute forme de discrimination envers les femmes. Dès 2015, le groupe bancaire BNP Paribas considère le sujet comme enjeu stratégique du développement et s’engage dans le projet HeForShe. Un milliard de F CFA sont investis sur 3 ans, dédiés à l’appui aux femmes dans l’agriculture et le développement durable. Il s’agit de renforcer l’accès des femmes à la terre et aux ressources productives pour une agriculture résiliente au changement climatique. Cette même année, lors du forum économique mondial de Davos, l’Onu Femmes lance le mouvement HeForShe dans le but de promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes auprès des gouvernements, des entreprises et des universités. Les présidents de l’Uruguay, du Japon et de la Finlande, les PDG de Tupperware ou d’Unilever, et enfin des écoles telles que Science Po Paris, par exemple, se sont engagés. Des mesures spécifiques ont été votées par certains pays, notamment l’interdiction de célébrer des mariages d’enfants, ce qui permet aux jeunes filles de poursuivre une scolarité. Un autre exemple, et pas des moindres : Bob Moritz, président de Pricewaterhouse Coopers International Limited, a quant à lui raconté comment son organisation est passée de 18 % de représentation féminine dans l’équipe de direction mondiale à 47 %, et ce entre janvier et décembre 2016. Depuis, de nombreuses et importantes personnalités s’impliquent et prouvent leur engagement pour cette cause : le prince Harry, Matt Damon, Justin Trudeau, Russell Crowe, Pharrell Williams, Eddie Redmayne, Jared Leto, Logan Lerman, Matthew Lewis, Stephen Chbosky, Harry Styles, Tom Hiddleston, Mark Ruffalo, Derek Blasberg,David Tennant, Steve Carell, Jake McDorman, Stefan Löfven, Ben Barnes, Benedict Cumberbatch, Douglas Booth, Joseph   Gordon-Levitt,      ou encore Charles Gardier.

Est-il utile de rappeler que 1791 est l’année de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne ? Oui, malgré les progrès significatifs, mais trop récents dont bénéficient les femmes aujourd’hui, c’est nécessaire. Un long chemin reste à parcourir, y compris dans les pays où leurs droits semblent reconnus, mais où les structures de pouvoir, les représentations, les mentalités, les pratiques, témoignent de la vivacité et de la résistance du patriarcat. Les discriminations fondées sur des critères ethniques, d’apparence physique, de nationalité, de sexe, de handicap, d’âge ou de santé, sont autant de paramètres de défiance qui fragilisent l’égalité des genres. Il a fallu se référer à Angela Davis ou à Simone Veil, à Gisèle Halimi, Rosa Parks ou encore George Sand et tant d’autres femmes illustres ou non pour faire avancer et défendre les droits des femmes. Selon la Banque mondiale, ce sont les régions du Moyen-Orient, d’Afrique du Nord, d’une part, et d’Afrique subsaharienne, d’autre part, qui ont enregistré en 2021 les plus fortes améliorations de l’indice établi par rapport aux autres régions du monde.

Le Gabon se distingue avec des réformes complètes de son code civil, de son code pénal et de son code du travail ainsi que la promulgation d'une loi sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Ces modifications ont donné aux femmes les mêmes droits que les hommes pour choisir leur lieu de résidence, obtenir un emploi sans l'autorisation de leur conjoint, elles ont supprimé l'obligation pour les femmes d'obéir à leur époux et leur permettent d'être chef de famille au même titre que les hommes. Le Gabon a accordé aux épouses des droits égaux sur les biens immobiliers et une autorité administrative analogue à celles des hommes sur les biens pendant le mariage. Le pays a également adopté une législation protégeant les femmes contre la violence domestique. D'autres réformes ont permis aux femmes d'ouvrir un compte bancaire de la même manière que les hommes et ont interdit la discrimination fondée sur le sexe dans les services financiers. Ces évolutions qui ont fait passer la note attribuée au Gabon de 57,5 en 2020 à 82,5 dans l’étude « Les Femmes, l’Entreprise et le Droit 2022 » publiée par la Banque mondiale.

Ces messieurs ont signé la charte du « mouvement de solidarité pour l’égalité de genre » devant Madame Rose Christiane Ossouka Raponda, Premier ministre, et Madame Oulimata Sarr

Ces messieurs ont signé la charte du « mouvement de solidarité pour l’égalité de genre » devant Madame Rose Christiane Ossouka Raponda, Premier ministre, et Madame Oulimata Sarr

19 AVRIL 2022, LE GABON A LANCÉ SA CAMPAGNE NATIONALE « HEFORSHE » OU « LUI POUR ELLE ».

« Sur le terrain, nous avons besoin d’un engagement communautaire. Le cadre légal c’est bon, mais il est important de travailler sur les normes sociales. Nous tous rêvons d’un monde plus juste, car les sociétés les plus égalitaires sont les plus prospères », a déclaré Oulimata Sarr, directrice régionale Onu Femmes pour l’Afrique de l’ouest et l’Afrique centrale. À cette occasion, plusieurs hommes se sont engagés dans ce combat. « Aujourd’hui, des hommes ont pris des engagements fermes, ont signé devant nous pour utiliser leur pouvoir de décision, leurs plateformes, afin d’amplifier les voix des femmes gabonaises, les protéger, les autonomiser », a-t-elle dit.

UNE COALITION ENTIÈRE DE TOUS LES ÉTATS

« Notre rêve, c’est d’avoir une coalition entière de tous les États engagés sur un agenda féministe d’autonomisation et d’égalité des sexes. Aujourd’hui, le Gabon est un pays de référence dans la sous-région et même sur le plan mondial. En engageant aujourd’hui le Gabon dans la campagne HeForShe, le président de la République réaffirme sa détermination sans failles à continuer d’œuvrer, avec la participation active de son peuple, pour que ce principe constitutionnel devienne une réalité irréversible et implacable », a déclaré Madame le Premier ministre du Gabon, Rose Christiane Ossouka Raponda. « Il s’agit d’un enjeu majeur, un enjeu républicain qui invite les Gabonaises et les Gabonais à se tenir debout et dans l’unité afin d’œuvrer pour le bien-être de la collectivité, sans distinction aucune. L’engagement du président de la République en faveur de l’équité et l’égalité est irréversible. Ce combat, le chef de l’État ne doit pas le mener seul », a-t-elle soutenu, appelant à son tour les communautés à s’y engager.

le 10 mai 2022

Anne-Marie Jobin

HeforShe, Onu, égalité


Plus d’articles dans Actualité GREENPLY, SOCIÉTÉ LEADER DE FABRIQUE DE FEUILLES DE PLACAGE DE NKOK

Actualité par Anne-Marie Jobin

REPORTAGE

19 mai 2022


AEH, NOUVEL OPÉRATEUR D’ENVERGURE DANS L’INDUSTRIE GABONAISE DU BOIS

Actualité par atibt

AEH un nouvel acteur de référence dans l’industrie gabonaise du bois

3 mai 2022


PATRIMOINE ARCHÉOLOGIQUE DU GABON : LE TRÉSOR CACHÉ DU GOUFFRE D’IROUNGOU BIENTÔT RÉVÉLÉ

Actualité par Alix-Ida Mussavu

25 avril 2022

© 2022. Les Échos de l'Éco. Tous droits réservés
Mentions légales