fbk lkn
Édito Actualité Économie Diplomatie Entreprenariat Tribune Dossier Interview
Actualité CHEZ AGL (EX-BOLLORÉ) AUCUNE SÉGRÉGATION DU GENRE

EE : Mesdames, depuis quelle année travaillez-vous au sein du groupe Bolloré. Quel est votre parcours ? 

Rouge : Diplômée en commerce international (logistique et transport), j’ai commencé ma carrière en 2014 au service matériel (manutention) en tant qu’agent administratif, puis assistante service matériel. Depuis le 17 octobre 2022, j’occupe le poste de contrôleur de gestion.

Bleu :J’intègre Owendo container terminal (OCT) en 2020. Je suis détentrice d’une formation en électricité industrielle et électromécanique et ai exercé à ce poste pendant 6 ans en tant que maintenancier. À présent, je suis conductrice de portiques de parc. Cela consiste, à l’aide d’une grue adaptée, à soulever les conteneurs et à les placer où ils doivent l’être.

Vert : Mariée et mère de quatre magnifiques enfants, j’ai intégré le groupe Bolloré en 2008 (il y a 14 ans et demi) au poste de responsable du département shipping de la compagnie maritime Niledutch.

Depuis juin 2018 jusqu’à ce jour, soit 4 ans et demi, je suis membre du service commercial du Groupe qui en est aussi la vitrine. Cela me permet d’avoir une vision plus large de l’entreprise et de gérer directement dans les délais impartis la satisfaction et l’insatisfaction des clients.

Selon vous, quels sont les critères indispensables pour remplir ce rôle et assumer la tâche qui vous incombe ?

Rouge : J’ai toujours été passionnée par les chiffres et la planification des dépenses. Je pense que les qualités indispensables se résument à : maîtriser les techniques de gestion et l’outil informatique, avoir une facilité à joindre savoir-faire et savoir-être, développer une capacité d’analyse des performances de l’entreprise, évaluer les résultats obtenus par rapport au budget prévisionnel.  

Bleu : Ce métier exige des compétences transversales, une parfaite maîtrise des outils numériques, une haute capacité de concentration, de dynamisme, une excellente vue, beaucoup de sang-froid et surtout… ne pas avoir le vertige !  

Vert : Pour mener à bien mes missions de commerciale, c’est-à-dire acquérir de nouveaux clients, développer des clients existants, fidéliser et optimiser le portefeuille existant, il faut remplir un certain nombre de conditions. Le commercial doit être capable de bien se présenter, d’être à l’écoute du client, de maîtriser les techniques de vente clés, de convaincre, de maîtriser son portefeuille client, d’avoir une capacité de résilience face à certaines situations, de savoir anticiper les demandes des clients, de se donner les moyens de toujours offrir un meilleur service. Pour parvenir à ce résultat, un bon commercial doit incarner les qualités non exhaustives suscitées tout en retenant une base nécessaire : résister à la pression et au stress. 

EE : Vous collaborez principalement avec des hommes. Rencontrez-vous des problèmes relationnels ? 

Rouge : Non, pas de problèmes en tant que tels, mais ma réponse sera nuancée. Après des années d’expérience professionnelle au milieu de tant d’hommes, je suis arrivée à cette conclusion : un homme ne peut jamais traiter une femme en égale, malgré toutes les capacités qu’il peut voir en elle. C’est tout simplement la conception culturelle qui prime en eux. La notion d’égalité homme-femme est perçue comme une concurrence envers les hommes (par les femmes). Car la notion de chef est innée en tout homme (c’est tout à fait normal, un homme, il naît chef). Ce qui m’amène à dire qu’ils pensent que je ne suis qu’une femme qui connaît où est sa place, sous-entendu, bien sûr… à la cuisine.  

Toutefois, c’est très passionnant de travailler avec eux avec cette différence. 

Petite anecdote. Vous savez lorsque j’étais au milieu d’eux, j’ai souvent entendu ceci : « une femme ne parle pas au milieu des hommes, une femme ne marche pas debout au milieu des hommes, mais accroupie ». C’était juste très drôle. Et moi de répondre : je ne suis pas votre épouse. J’ai un contrat de travail avec Bolloré qui me confère le droit de parler et de mettre à sa disposition mon savoir-faire, ma connaissance, pour le développement de cette entreprise. Alors même si je connais leur analyse du concept de l’égalité homme-femme, selon lequel une femme est inférieure et juste destinée à accompagner l’homme, je reste sur ma devise : bien faire et laisser dire.

Bleu :  Oui, j’ai été négligée lors des premiers contacts par certains de mes collaborateurs, mais j’ai pu leur démontrer par mon travail que les femmes pouvaient également exercer correctement, sinon mieux, les métiers prétendument réservés aux hommes. Nos relations sont cordiales avec mes collègues hommes, je ne rencontre aucune difficulté relationnelle. 

Vert : Ma place de femme devant mes collègues de la gent masculine n’a aucun effet négatif sur nos rapports, les échanges sont fluides. Dans le cadre de mes fonctions, je récolte les informations nécessaires auprès des services transversaux, notamment de la finance et de l’exploitation, qui me permettent de proposer aux clients des services sur mesure. Aujourd’hui, les femmes peuvent exercer des métiers d’homme. Au sein de notre entreprise, nous avons des femmes conductrices d’engins et manager des métiers purement techniques. Je souhaiterais que l’on retire cette coutume qui amène l’homme à penser qu’il a autorité sur la femme dans tous les domaines. Les hommes doivent réaliser que dans le milieu professionnel, la femme peut avoir les mêmes responsabilités qu’un homme et que de ce fait, elle doit être traitée sans distinction. 

EE : Suivez-vous des formations professionnelles ? Si oui, lesquelles ? Comment qualifiez-vous vos relations avec la direction du groupe Bolloré ? 

Rouge : Oui, j’ai suivi particulièrement des formations en QHSE en rapport direct avec le domaine dans lequel j’exerçais (manutention). Parlant de ma relation avec la direction du groupe Bolloré, je peux dire qu’elle est une relation professionnelle normale et équitable. Pour preuve, c’est de la direction que vient ma mutation au contrôle de gestion.  

Bleu :  Pour l’instant non, je suis en phase d’application des premiers enseignements, mais nous recevons chaque jour des consignes de sécurité et sûreté à appliquer avant la prise de service. La relation avec la direction générale est agréable, je ne rencontre pas de soucis particuliers avec ma hiérarchie.  

Vert : Bien sûr, nous avons des formations proposées par Bolloré. Pour ma part, dans le cadre de ma fonction, en termes de warehousing, de transit aérien par exemple, afin de mieux vendre nos services aux différents clients. Nos relations avec Bolloré sont cordiales et professionnelles. Bolloré sait donner de la valeur à la gent féminine en lui accordant la possibilité de s’affirmer au même titre que les hommes. 

EE : Comment organisez-vous vos différentes vies : professionnelle, parentale, d’épouse ? 

Rouge : Ma devise est : « chaque chose à sa place, chaque place à sa chose ». Je veille à ce que personne ne prenne la place de l’autre. Delvy en tant que professionnelle, je suis à fond dedans, car j’aime ce dans quoi je travaille. Delvy en tant que fille, sœur, tata, vous découvrez aussi une femme pleine d’attention, d’écoute et d’amour par sa présence, ses conseils et surtout ses petits plats. Delvy en tant que chrétienne passionnée, tout simplement cette phrase qui résume l’état de mon cœur : « le zèle de ta maison me dévore ». Delvy en tant qu’épouse, pas encore. Là c’est une autre aventure future à découvrir. Je crois qu’elle doit être passionnante.  

Bleu : Ce n’est pas facile d’harmoniser les deux, mais je m’organise en fonction de mon planning, je profite de mon temps libre pour prendre soin de ma famille, de ma maison et de moi-même.  

J’essaie de faire de mon mieux pour être présente pour ma famille, même si cela n’est pas toujours évident, notamment en période de clôture mensuelle. Je planifie mes journées avec pour objectif de ne pas manquer à mon rôle de mère.  

Vert Je sais organiser mon temps afin de satisfaire ma famille et respecter mes engagements contractuels : toute une planification qui me permet de ne pas rapporter les soucis de la maison au travail et inversement, en mettant de l’harmonie autour de moi. Ma meilleure arme, le sourire

le 31 mars 2023

Anne-Marie Jobin

Femme, Droits, Leadership


Plus d’articles dans Actualité Qui possède les câbles sous-marins reliés au continent ?

Actualité par Jeune Afrique

Internet en Afrique 

27 novembre 2023


Programme Air France à compter de novembre

Actualité par La rédaction

L’Airbus A350 arrive en force à Libreville

20 novembre 2023


En moins de deux ans, + de 1 000 véhicules et + de 200 clients

Actualité par Anne-Marie Jobin

Interview de Loïc Kapitho, cofondateur et directeur général de Pozi

8 novembre 2023

© 2023. Les Échos de l'Éco. Tous droits réservés
Mentions légales